Mariannick Koffi, une diplômée de l’IÉSEG au sein des Nations Unies

13 avril 2015

Share this:Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+

MariannickMariannick Koffi est diplômée du MSc en International Business (MIB) de l’IÉSEG en 2010. Après avoir travaillé comme gestionnaire de projet pour le Bureau international catholique de l’enfance à Bruxelles pendant quelques mois, elle a candidaté avec succès à un « Fellowship Programme » à l’Organisation des Nations Unies, et travaille à présent au Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme  (OHCHR) à Genève depuis août 2010.

Sa première mission au OHCHR était comme « Fellow » des Fonds Humanitaires, où elle a géré un portefeuille de projets dans différentes parties du monde visant à fournir une assistance humanitaire, juridique et financière concrète aux victimes de formes contemporaines d’esclavage et de torture, et à leurs familles.

Elle a ensuite pris le poste de « Associate Human Rights Officer  » en appui au mandat d’un expert de l’ONU sur la violence contre les femmes. Elle mène des recherches sur la prévalence de la violence contre les femmes, organise et accompagne des experts lors des visites officielles dans les différents pays, prépare les communications aux différentes parties prenantes, y compris les gouvernements, les organisations de la société civile et d’autres agences des Nations Unies, et mène des séances d’information pour les parties prenantes concernées.

Mariannick, qui a passé une partie de son enfance en Côte d’Ivoire, à New York, et en Corée du Sud, explique : « J’ai toujours su que je ne voulais pas travailler dans un environnement relevant exclusivement du secteur privé et je me suis toujours intéressée aux relations internationales, aux droits de l’homme et au développement. Ce qui m’a plu avec l’IÉSEG, c’est que l’Ecole offre aux étudiants la possibilité de personnaliser leur diplôme. Pour ma part, j’ai choisi des électifs tels que l’entrepreneuriat social et la gestion à but non lucratif, entre autres. Lorsqu’est venu le temps de faire un stage, j’ai postulé pour une organisation non gouvernementale travaillant sur les droits de l’enfant « .

Elle poursuit actuellement un master en droit international dans les conflits armés, en parallèle de son travail. « Venant d’un pays qui a été touché par un conflit, c’est important pour moi de comprendre les fondements du droit international dans les conflits armés, en vue de devenir un jour partie de la solution, » ajoute-t-elle.

« Dans cet esprit, j’ai choisi un cheminement de carrière qui est en ligne avec cette vision, avec un accent particulier sur les droits des femmes et des enfants. » conclut-t-elle.

IÉSEG