Collaboration IÉSEG-Le Wagon : Interview avec Yvon Moysan et Boris Paillard

14 février 2019

Share this:Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+

Le Wagon, premier « Bootcamp » lié à la programmation informatique, a fait son apparition au sein du Master en apprentissage, filière « Digital Marketing et Innovation », dirigé par professeur Yvon Moysan. Au travers de cette interview réalisée par Mélody Tomaszewski, étudiante dans le programme, Boris Paillard, co-fondateur du Wagon et Yvon Moysan nous racontent leurs parcours respectifs et ce qui fait selon eux le succès de la collaboration entre cette école de code d’un nouveau genre et le Master DMI de l’IÉSEG.

Pouvez-vous tout d’abord, l’un et l’autre, vous présenter brièvement ?

Boris PAILLARD

Boris PAILLARD

Boris Paillard. Je m’appelle Boris Paillard, je suis le CEO et l’un des co-fondateurs de l’école de code qui s’appelle le Wagon. J’ai un parcours assez classique. J’ai fait une école d’ingénieur en option Maths appliquées à Centrale Paris. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire à l’époque. En 2008, j’ai fini par faire comme tout le monde : travailler dans une salle de marchés. Cela ne me plaisait pas vraiment, de ce fait je suis parti en 2012 pour créer ma propre entreprise. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup d’amis qui étaient développeurs Web ou entrepreneurs. J’ai commencé par monter des projets avec eux et c’est à cet instant que j’ai découvert ce qu’était le code. J’ai immédiatement été pris de passion. N’ayant pas de projet précis en tête et étant aussi passionné par l’enseignement, c’est à cet instant là que m’est venu l’idée du Wagon, que j’ai lancé en 2012, avec mon frère et un troisième co-fondateur. Cela fait maintenant cinq ans que l’on propose notre formation au codage et développement web à des profils assez variés.

yvon-moysan-002

Yvon MOYSAN

Yvon Moysan. Je m’appelle Yvon Moysan. J’ai également un parcours assez classique. J’ai fait l’ESSEC et puis Harvard en majeure Stratégie. Je suis sorti de l’école en 2000, un an avant l’explosion de la bulle Internet, j’ai intégré Banque Directe, la banque en ligne de BNP PARIBAS, puis HSBC en 2003 et le siège mondial d’AXA en 2009. En 2011, je me suis orienté vers le conseil, je dirigeais la business unit Stratégie et celle du Digital et puis j’ai commencé à donner des cours en école de commerce. J’ai alors comme Boris développé une passion pour l’enseignement. En 2014, j’ai créé ma propre société de conseil et j’ai rejoint l’IÉSEG comme Professeur de Digital Marketing. En septembre 2017, j’ai eu la chance de pouvoir lancer le Master en apprentissage, filière Digital Marketing et Innovation dont je suis aujourd’hui le Directeur Académique.

Le Wagon en quelques mots, c’est quoi ?

Boris Paillard. Initialement, le Wagon c’est une formation à temps plein, composée d’un programme dense qui s’étend sur deux mois. Nous apprenons à nos élèves à être autonomes et à développer eux-mêmes leurs produits numériques avec des notions de codage, de développement web, de bases de données mais aussi des méthodologies de conception.  A la fin de la formation, nous leur demandons de mettre le tout en application avec des projets concrets qu’ils codent eux-mêmes.

Notre formation s’adresse principalement à des profils d’étudiants en école de commerce ou à des entrepreneurs qui n’ont pas forcément de notions en codage ou en développement web. Cela peut-être aussi des graphistes, des ingénieurs ou des personnes possédant des expériences professionnelles préalables qui souhaitent se réinventer. Leur but diffère selon les profils : travailler dans la tech en tant que développeur ou project manager, lancer leurs propres projets sans aide extérieure ou encore devenir freelance.

En quoi est-ce différent des autres formations de coding ?

Boris Paillard. Il y a beaucoup d’écoles qui proposent des formations dans ce domaine. Les enseignements offerts ici sont pour la plupart proposés en cycles classiques, Bachelor/Master. Typiquement une personne en reconversion ou qui sort d’un bac +5 ne va pas refaire 3 ou 5 ans d’études pour apprendre les bases du développement web. Les buts d’apprentissages sont différents. Des élèves qui choisissent le Wagon souhaitent découvrir les concepts de bases, devenir autonomes mais pas des experts. En ce qui concerne le format en ligne, c’est intéressant pour se former au départ mais avec des notions aussi précises à maîtriser, il est compliqué de développer ces compétences.

Le Master en apprentissage, filière Digital Marketing et Innovation en quelques mots, c’est quoi ?

Le Wagon

Le Wagon a fait son apparition au sein du Master en apprentissage, filière « Digital Marketing et Innovation ».

Yvon Moysan. C’est un Master en apprentissage qui a ouvert en septembre 2018. Il s’adresse aux étudiants de niveau Bac + 3 dans les domaines de l’Economie, de la Gestion et du Management. Le programme s’étale sur 2 ans sur un rythme de 3 semaines en entreprise et 1 semaine à l’école. Les étudiants se focalisent sur les aspects stratégiques et opérationnels du marketing digital via l’utilisation des différents canaux de communication (Mobile, Réseaux sociaux, Objets connectés etc.) ou via les différentes techniques de gestion de la relation client (SEA, SEO, Display etc.). Il contient également des cours d’entrepreneuriat, d’innovation et des cours plus traditionnels comme la stratégie ou le leadership. Les étudiants ont l’opportunité de travailler sur de vrais cas d’entreprises (IA pour Undiz, Omnicanal pour Printemps, Growth Hacking pour Leroy Merlin).

En quoi est-ce différent des autres formations de ce type ?

Yvon Moysan. Pour en citer quelques-unes, je dirai la qualité de son corps professoral constitué de Professeurs de l’IÉSEG mais également de professeurs enseignant à Harvard, Stanford ou au MIT et d’experts issus du monde de l’entreprise comme Jean Philippe Desbiolles, VP IBM Watson, Laura Pho Duc Head of Marketing & Communication Alibaba France ou encore Boris lui-même, d’autres travaillent chez Google, Amazon, Air BNB ou AccorHotels.

Je compléterai par le contenu et le format des cours, je citerai par exemple le cours d’innovation qui a lieu au Tech Shop Leroy Merlin à la station F qui permet aux étudiants d’aller au-delà du traditionnel PowerPoint en prototypant grâce aux différentes machines mises à leur disposition. Enfin, je dirai qu’il se distingue par le fait que les étudiants du Master sont de réels acteurs du programme, ils ont en effet la possibilité de monter des conférences ou des partenariats en mode side projects. Ils viennent par exemple de nouer un partenariat avec Vivatech, des étudiants du Master iront ainsi pitcher sur scène, ils co-organisent aussi des hackathons ou des start up WE avec Epitech et Les Mines Télécom qui sont partenaires du Master. Le partenariat avec le Wagon était d’ailleurs un des sides projects de l’an passé.

La formation du Wagon est désormais intégrée au Master Digital Marketing et Innovation, pouvez-vous nous en dire plus ?

Boris Paillard. Un diplômé de l’IÉSEG a parlé de notre formation à Yvon Moysan, le directeur du Master DMI et l’a poussé à nous rencontrer. Je l’ai rencontré dans ce cadre il y a un an et demi. Pour le Master DMI, les cours sont composés d’une partie en présentielle et d’une autre en autonomie, avec une plateforme comportant le cours et les ressources nécessaires pour avancer. Nous avons créé une session de départ qui introduit la prise en main d’outils graphiques ou encore de codage pour qu’à la fin les étudiants puissent mener leurs propres projets qu’ils viennent nous présenter en séance finale. Nous ne sommes pas un prestataire ici mais un partenaire global.

Yvon Moysan. Le Wagon intervient à la fois en Master 1 en donnant un cours UX UI Design et un autre cours front end design. En 2ème année, il s’agit d’un cours de back end plus technique. Ces cours sont très appréciés par mes étudiants. Celles et ceux qui souhaitent créer une start up auront ici l’opportunité de maitriser les bases du code pour développer un premier site internet, une première app. Et puis celles et ceux qui vont intégrer une PME, un grand groupe pourront mieux comprendre leurs interlocuteurs IT et potentiellement être force de propositions.

Quelles sont vos ambitions futures pour le Wagon et pour le Master Digital Marketing et Innovation ?

Boris Paillard. Nous commençons à faire évoluer le modèle initial du Wagon. Nous étendons notre activité notamment avec des programmes verticaux, moins denses et plus courts. En effet, en analysant le marché, nous nous sommes rendu compte que les personnes disponibles pour une formation de deux mois à temps plein sont rares. Nous avons donc développé une plateforme plus flexible pour s’adapter à cette demande. Dans ce cadre-là, les cours sont réalisables en ligne et agrémentés de quelques sessions physiques dans les locaux du Wagon. Ces formations sont destinées à nos clients BtoB mais aussi aux étudiants d’écoles de commerce. C’est dans ce cadre-là que nous avons mis en place des cours intégrés au programme du Master Digital Marketing et Innovation avec Yvon Moysan.

Yvon Moysan. Nous avons reçu près de 150 candidatures l’an passé pour seulement 39 places. Nous prévoyons donc l’ouverture d’une deuxième classe pour le Master Digital Marketing et Innovation à la rentrée 2019. De nouveaux cours comme le graphisme, le content marketing et la réalisation d’un documentaire vont faire leur apparition ainsi que de nouveaux partenariats dans le cadre de side projects de mes étudiants.

IÉSEG