Portrait d’une Incubée IÉSEG, Clara Foache, co-fondatrice de Gustave

27 mai 2019

Share this:Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+
Clara Foache

Clara Foache

Chaque année, l’incubateur de l’École à Lille et Paris-La Défense apporte à un certain nombre de nouvelles start-ups un espace et un soutien professionnel dédié, leur permettant de croître et de se développer. Cette semaine, interview avec une de nos incubés : Clara Foache, diplômée de l’IÉSEG, et co-fondatrice de Gustave, « la première solution offrant la possibilité d’essayer chez soi les produits vendus en ligne, sans avoir à avancer 1€ ».

Quelle a été votre inspiration pour créer Gustave?

L’idée de Gustave nous est venue d’une difficulté personnelle rencontrée avec mon associé, Thomas. En sortant de nos écoles de commerce respectives, nous avions besoin de refaire notre garde-robe afin qu’elle soit plus adaptée au monde du travail. Mais, avec nos horaires, nous n’avions pas le temps de nous rendre en magasin la semaine. Commander sur internet aurait pu être la solution mais il existait encore trop de freins, comme ne pas pouvoir essayer ou encore des conditions de livraison et de retour souvent très contraignantes.

Nous avons créé Gustave afin de faciliter la vie des personnes ayant des journées déjà bien remplies. En laissant la possibilité aux internautes d’essayer avant d’acheter les produits repérés en ligne, nous souhaitons faire disparaître l’un des freins à l’achat en ligne le plus important. Par ailleurs, nous livrons les articles dans la journée, sur un créneau garanti d’une heure (en région parisienne) et nous venons directement chez la personne récupérer les articles qu’elle ne désire pas garder. Autrement dit, nous apportons l’expérience boutique directement chez elle !

Quels sont vos objectifs ?

L’objectif de Gustave est de rendre le shopping en ligne aussi simple et agréable qu’en magasin. Internet a permis de simplifier la vie de nombreuses personnes : flexibilité des horaires, large gamme de produits… Mais aujourd’hui les conditions d’achat ne correspondent pas forcement aux attentes des consommateurs. Avec l’apogée de marketplaces telles qu’Amazon, les exigences des internautes sont grandissantes, notamment en ce qui concerne les services complémentaires et les conditions de livraison.

Nous souhaitons devenir le leader de l’expérience client en ligne. Nous avons débuté avec le « try at home » et le prêt à porter mais ce n’est qu’un début. Nous pensons que la solution peut s’adapter à de nombreux autres secteurs et marchés. Nous désirons également développer de nouveaux services toujours plus innovants pour nos marques partenaires dans l’optique d’optimiser le parcours avant, pendant et après achat. L’objectif de Gustave est in fine de permettre aux e-commerçants de s’aligner sur les standards de confort d’achat des plus grandes marketplaces.

3) Comment est-ce que votre parcours à l’IÉSEG vous a aidé à lancer votre entreprise ?

L’avantage du Programme Grande École de l’IÉSEG est d’être assez généraliste, ce qui m’a permis d’apprendre des notions dans différents domaines et ainsi d’envisager chaque sphère de l’entreprise de façon cohérente et plus sereine. A mon sens, lorsque l’on est entrepreneur il faut savoir être un bon généraliste à défaut d’être un très bon spécialiste. Il s’agit donc également de s’entourer de bons profils et de mentors dans différents domaines. Le réseau de l’IÉSEG m’a également donné cette opportunité.

4) Pourquoi avez-vous voulu intégrer l’incubateur de l’IÉSEG ? A quoi ressemble une semaine typique pour vous dans l’incubateur ?

En tant que diplômée de l’École, j’ai naturellement eu envie de postuler dans l’Incubateur de l’IÉSEG. Nous connaissions des amis qui avaient suivi le programme et qui nous en avaient dit beaucoup de bien.

Il n’existe pas véritablement de semaine « type ». Nous essayons néanmoins de structurer un maximum notre démarche en mettant en place des réunions hebdomadaires. Par exemple, chaque semaine commence avec un point d’équipe le lundi matin pour organiser la roadmap de la semaine.
L’Incubateur là encore nous aide à structurer nos objectifs : nous avons des points réguliers avec Jacques, Tiphaine ou Abraham (qui forme l’équipe de l’Incubateur) des déjeuners entre incubés pour discuter de nos problématiques communes ainsi que des rendez-vous mensuels avec des experts sur des sujets d’entreprises ciblées (amélioration de la démarche commerciale, UX/UI, etc.)

Enfin, l’ambiance dans l’incubateur est très décontractée !

IÉSEG