Retour

L’IÉSEG renforce son enseignement en finance durable au sein de son programme Grande École dès la rentrée prochaine

La finance joue un rôle majeur dans la répartition des ressources dans l’économie. D’après le raisonnement financier traditionnel, les investissements sont justifiés s’ils augmentent les bénéfices de l’entreprise sans tenir compte des coûts environnementaux ou sociaux des projets. La finance durable, quant à elle, intègre les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance dans le processus de prise de décision financière afin de favoriser une croissance de l’économie plus durable et à long terme.

Conformément à sa Vision, « empowering changemakers for a better society », l’IÉSEG propose un cours consacré à la finance durable aux étudiants de son programme Grande École. Maia Gejadze, professeur de finance à l’IÉSEG et créatrice de ce cours, nous donne plus d’informations à ce sujet.

Pouvez-vous décrire ce nouvel électif, ses objectifs et les principaux sujets qui seront abordés ?

Maia : Le nouveau cours de finance durable sera proposé en tant qu’électif aux étudiants en finance qui suivent la filière « Gestion des actifs et des risques » en Master du programme Grande École. L’objectif est de passer en revue les défis mondiaux de la durabilité (tels que l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, la prévention de la pollution, la préservation de la biodiversité, l’énergie propre, la consommation et la production responsables, les conditions de travail, les inégalités en matière d’éducation et de santé, et autres…) conformément aux objectifs de développement durable de l’ONU, et de fournir les connaissances fondamentales nécessaires à nos étudiants pour comprendre comment la finance peut piloter la transition vers la durabilité.

©Barbara Grossmann

Le contenu du cours est fondé sur la compréhension des principes de la pensée intégrée et de la création de valeur à long terme, en intégrant les facteurs sociaux et environnementaux (traditionnellement considérés comme des « externalités négatives »). Nos étudiants seront invités à « repenser » la façon dont les entreprises fonctionnent aujourd’hui et à réfléchir à la façon dont elles peuvent fournir à la fois « un but et un profit ».

Les sujets abordés comprendront les modèles d’entreprise durables et responsables, la gestion durable des actifs, la banque durable, l’assurance durable et le risque climatique. Tout en examinant les pratiques actuelles d’intégration de la durabilité dans la gestion d’actifs, les étudiants recevront également une conférence d’un chef de projet senior de Natixis, M. Eric BATTINI. Il leur présentera les produits d’investissement durable, notamment les obligations vertes et durables et les fonds présentant des caractéristiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), et discutera de l’intégration réussie des facteurs ESG dans la gestion d’actifs.

L’objectif de ce nouveau cours est de comprendre comment « la finance peut orienter la transition vers la durabilité »… Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

La transition est un processus qui commence par l’effondrement d’un système existant et se termine généralement par l’émergence de nouvelles et meilleures alternatives. Si nous examinons le système financier actuel, nous pouvons clairement voir les signes de certaines pressions transformatrices. Il s’agit notamment des nouvelles normes comptables, des rapports intégrés, des campagnes de désinvestissement des fonds fossiles rentables, de l’émergence de nouvelles options de financement et d’investissement telles que : le crowdfunding, les investissements à impact, les cryptomonnaies, ou encore la perturbation et le changement qui sont induits par la blockchain ou les fintechs. Il est important que les futurs investisseurs, gestionnaires financiers, etc. soient efficacement équipés pour répondre aux changements du marché, de la technologie ou de la réglementation.

Quels sont les obstacles à la transition vers la finance durable ?

Le cours examinera un grand nombre d’obstacles et d’opportunités, notamment la nécessité d’un changement systémique et d’initiatives multipartites pour relever les défis de la durabilité.  D’autres questions (dans la transition vers la finance durable) abordées tout au long du cours comprendront le retard dans le développement d’outils d’évaluation financière adéquats et les coûts de transaction relativement élevés du financement de modèles d’entreprise innovants et circulaires, qui nécessitent une collaboration tout au long de la chaîne de valeur. Enfin, nous aborderons une difficulté essentielle pour le secteur : le manque de sensibilisation et l’inégalité de la préparation et de l’engagement dans le monde entier pour s’attaquer efficacement aux problèmes de durabilité.

Certificat Finance pour Managers

©Barbara Grossmann

D’une manière générale, pour réussir la transition vers la finance durable, il faut intégrer la dimension de la durabilité dans le processus de décision financière. Du point de vue de la gestion de portefeuille, cela signifie aller plus loin que l’achat et l’analyse d’un ensemble de données ESG pour un portefeuille d’investissement particulier. Au lieu de cela, les investisseurs doivent réfléchir aux questions ESG importantes pour les actifs considérés et à la manière dont ces questions ESG importantes affectent les modèles d’entreprise sous-jacents, ainsi que leur préparation à la transition.

À l’aide d’études de cas sur des entreprises réelles ayant des positions distinctes en termes de défis et de rapports de durabilité, les étudiants étudieront comment relier la durabilité aux modèles d’entreprise, à leur position concurrentielle, à leur stratégie et à leurs moteurs de valeur, afin d’évaluer la préparation des entreprises à la transition. Les études de cas souligneront l’importance de la disponibilité des données sur les rapports de durabilité, ainsi que de l’analyse fondamentale dans la formulation des recommandations finales.

Comment ce cours s’inscrit-il dans la Vision de l’École « Empowering changemakers for a better society » ?

Le cours favorise la mentalité de « croissance de la tarte » décrite dans le livre primé d’Alex Edmans (Grow the Pie : How Great Companies Deliver Both Purpose and Profit) et s’inscrit dans la Vision de l’École « Empowering changemakers for a better society ». La mentalité de la « croissance de la tarte », par opposition à la « division de la tarte », considère la valeur créée par les entreprises comme extensible et non fixe dans le temps. L’objectif n’est donc pas de maximiser les profits des actionnaires, mais d’accroître la valeur en se concentrant sur l’objectif de l’entreprise (fournir une valeur à la société qui inclut toutes les parties prenantes, y compris les employés, les clients, les fournisseurs, le gouvernement, l’environnement, etc.) Je pense que le cours démontrera de manière convaincante que la maximisation de la valeur pour la société est supérieure à la maximisation des profits, car la première fournit finalement une valeur plus élevée et plus inclusive au fil du temps.