Retour

“IÉSEG Danse” sur la scène du Zénith de Lille : « une expérience très intense en émotions » !

Samedi 22 juin, 7 danseuses et danseur* de IÉSEG Danse ont enflammé le catwalk de la cérémonie de remise des diplômes devant près de 1 400 diplômés et leurs proches sous le charme de leur prestation autant sportive qu’artistique. Une expérience intense en émotions, à la fois récompense et accomplissement pour cette jeune association, créée en 2019. Nous sommes allées à la rencontre de Eloane KEREBEL (en cycle Bachelor du Programme Grande École), Gaston LECOUTRE (étudiant en Master in International Business) et Mélissa MEUNIER (qui termine actuellement sa césure avant d’entamer, l’année prochaine, son Master Digital Marketing & Innovation en alternance), qui sont revenus pour nous sur ce moment magique.  

IÉSEG Danse à la Remise des Diplômes

Eloane, Gaston, Mélissa, après cette après-midi magique, comment pourriez résumer en un mot cette expérience ? 

Mélissa MEUNIER : Sans hésitation, intense, intense en émotions. Tout s’est passé tellement vite, entre les premières répétitions et ce samedi matin, où nous sommes arrivés dans cette salle mythique de Lille et où nous avons découvert cette scène immense… Nous n’avons eu que très peu de temps pour prendre nos marques, pour répéter ensemble, avant que le show ne commence…  

Eloane KEREBEL : J’avais hâte ! On s’est jeté dans le grand bain sans hésitation, et à la différence des comédies musicales (comme Grease), il n’y avait qu’une seule représentation… donc une seule occasion pour en profiter au maximum ! Alors j’avais hâte qu’on y soit, pour profiter de cette occasion unique au maximum ! 

Gaston LECOUTRE : Physique ! Ce n’est pas tant le stress ou le nombre de personnes dans la salle, car finalement on est dans notre bulle, et il y avait des coupures entre nos différentes montées sur scène, donc on avait le temps de s’habituer à la salle et au stress… Mais au final, on a fait 4 danses, très physiques, qui demandaient énormément de concentration, surtout celles où on était accompagné en direct par le groupe de musique… A la fin de la représentation, j’étais épuisé ! Mais bon, on a fait un Zénith quand même ! Au moins une fois dans notre vie…  

G.L. : A la différence des 2 comédies musicales (Grease et Le Cœur ou la Raison) sur lesquelles nous avons travaillé plus d’un an sur chacune, ici le temps a été très court et la prestation demandée est complètement différente. Nous avions déjà participé à plusieurs compétitions, pour lesquelles nous avions créé des chorégraphies. Quand nous avons été contactés par l’Ecole, au mois de février, nous avons donc commencé par voir quels morceaux nous pourrions réutiliser… et enrichir, car là, nous avions un cahier des charges très précis (en termes de durée notamment). Ensuite, en avril, les choses se sont précisées (nombre de passages, durée précise…) et nous avons eu donc 2 gros mois pour finaliser nos chorégraphies, les apprendre et s’organiser pour répéter ensemble…  

Comment prépare-t-on un show comme celui que vous avez réalisé sur la scène du Zénith, alors que vous étiez toutes et tous en stage ou en césure ?  

IÉSEG Danse à la Remise des Diplômes

E.K. : La grosse difficulté, c’était en effet l’organisation des répétitions durant ces 2 mois… Car nous étions toutes et tous en stage, en césure, sur Lille, Paris ou ailleurs, et donc il a fallu s’organiser au mieux. Avec Gaston, nous avons travaillé tous les deux sur les chorégraphies que nous allions réaliser. Pour une fois, on nous demandait de danser sur des musiques entières, ce que nous n’avons pas l’habitude de faire… Nous avons donc repris nos chorégraphies, et les enrichir pour les faire durer le temps de la musique… Ensuite, nous nous sommes filmés en train de danser, et nous avons envoyé ces vidéos à tout le groupe, afin que chacun puisse les apprendre à distance. Celles qui étaient sur Paris ont essayé de se retrouver dans des salles pour s’entraîner ensemble, et enfin on s’est tous donné rendez-vous pour un week-end très… intense et intensif, pour répéter ensemble. 

M.M. : En fait, on ne se rend pas compte quand on n’est pas dans la troupe, mais la préparation nous a demandé des heures et des heures de travail, à la fois physique et artistique, toutes les semaines depuis avril jusqu’au jour J… Et répéter à distance, chacun de son côté pour apprendre, c’est bien, mais cela ne remplace pas ces temps essentiels où nous devons être ensemble pour se voir, se regarder, et apprendre à évoluer ensemble en harmonie.  

Créer ces chorégraphies, cela demande de vraies compétences et beaucoup d’imagination ! 

IÉSEG Danse à la Remise des Diplômes

M.M : Carrément ! Et pour le coup, tout le monde ne l’a pas, et c’est pour cela que ce sont Gaston, Marine et Eloane qui se sont chargés de les créer. Moi, je suis une danseuse, je suis performante comme danseuse, mais il faut de l’inspiration et surtout savoir imaginer ce que rend nos mouvements dans une chorégraphie, et ce que cela donne pour les spectateurs… Il faut que cela marche, que cela crée de l’énergie, et c’est très compliqué ! 

G.L : Après, on reste des étudiants, et même si on est passionné et qu’on a fait pas mal de shows et de compétitions, nous ne sommes pas des professionnels de la danse… Il y a parfois des choses qu’on n’a pas réussi aussi bien qu’on le souhaitait mais bon, c’était aussi cela le charme du direct ! Nous, on s’en est un peu rendu compte sur scène, cela nous faisait sourire entre nous, et c’est bien, cela veut dire qu’on profitait au maximum de ce moment et qu’on était heureux d’être sur scène… On est très dur avec nous-mêmes, on essaie de proposer une prestation difficile et de haut niveau ! 

Et enfin, après ces mois de préparation, vous montez sur la scène du Zénith… Là, ca doit faire un choc, quand même ?

IÉSEG Danse à la Remise des Diplômes

M.M. : En fait, avant de danser la première chorégraphie, nous avons dû monter sur scène et rester debout pendant 2 minutes avant de commencer à danser… Et donc, pendant ces 2 minutes, nous étions là à regarder le public, et c’était tellement impressionnant ! Mais en même temps, heureusement qu’on a eu ce temps, car cela nous a permis de réaliser. C’est un réel bonheur de danser sur scène, surtout sur une scène aussi grande, dans un Zénith aussi rempli ! En tant qu’artiste, danseur ou comédien, être sur scène et avoir un tel public, c’est un sentiment indescriptible, c’est tellement génial ! 

E.K. : On a pris du plaisir sur scène, et surtout quand on entend ce public réagir, applaudir, ca donne de l’énergie, et on se rend compte que même s’il y a de petits couacs sur scène, on est de vivre un truc unique et donc il vaut mieux en rigoler, car cela reste un moment de joie. Par exemple, sur un des morceaux, le groupe a joué plus longtemps que prévu, alors on a dû improviser la suite de la chorégraphie… On a assuré, c’était chaud mais on a réussi ! Finalement cela ne restera que des bons souvenirs ! 

Pour IÉSEG Danse, le Zénith est une consécration, mais vous avez aussi une année bien remplie… Parlez-nous un peu de l’association.

E.K. : IÉSEG Danse a été créé en 2019 par Majda FATH-ALLAH et Marion SEGLA. On est présent sur les campus de Lille et de Paris, et on rassemble aujourd’hui 25 passionnés de danse. On est là pour promouvoir la danse au sein de l’Ecole, et de mettre en avant tous les styles de danse et tous les talents. Nous avons 2 types de projets : les représentations et les compétitions. Côté représentations, en dehors de cette cérémonie, nous avons dansé lors du concours de How I Met Your Start-Up, lors de IÉSEG Talents, du défilé de mode de l’Atelier et de Défil’Cancer et, évidemment, à la Comédie Musicale que nous avons organisée cette année au Colysée de Roubaix, une autre salle mythique. Côté compétition, nous avons représenté l’Ecole au TEAMS (un tournoi sportif inter-écoles), au WISU (les championnats du monde universitaires) et au Tournoi des Arts (le TDA), où nous avons terminé en 3e place l’année dernière. IÉSEG Danse, c’est au total 45 amoureux de la danse, de toutes les danses, car on a chacun son style.   

IÉSEG Danse à la Remise des Diplômes

M.M. : on est vraiment monté en puissance ces dernières années, on a pu montrer que la danse est un vrai sport, qui a sa place dans les compétitions sportives. J’étais tellement heureuse de pouvoir faire toutes ces compétitions avec l’association ! Car souvent, beaucoup de personnes viennent nous voir en nous disant que la danse, ce n’est pas du sport. Mais une fois qu’on est monté sur scène, qu’on a participé à ces compétitions et même à ces événements comme la remise des diplômes, finalement ils reviennent nous voir en nous disant qu’ils ont trouvé cela super, et qu’ils aimeraient bien nous rejoindre pour essayer…  

E.K. : Pour avoir ces résultats, c’est comme pour tous les sports de haut niveau : il faut savoir gérer nos deux vies, d’étudiante et de danseuse. Il faut donc apprendre à jongler entre les cours, les travaux de groupe et toutes les exigences de l’école, et les répétitions, les compétitions et toutes les exigences de la danse… Cela demande une énorme capacité d’organisation ! Quand on préparait le TEAMS, parce qu’on voulait faire quelque chose d’incroyable, les semaines précédentes j’ai passé mes soirées, à partir de 19h et pendant plus de 3h, à aider les danseurs qui avaient du mal à tout retenir… C’est un très gros investissement personnel, mais qui en vaut vraiment la peine ! 

IÉSEG Danse à la Remise des Diplômes

Comment avez ou allez-vous capitaliser sur tout ce que vous avez appris à IÉSEG Danse dans votre future vie professionnelle ? 

E.K. : Déjà, on a rencontré énormément de personnes, de talents, que sans l’association je n’aurais jamais connu. Cela m’a donc servi à étendre mon réseau au-delà des personnes de ma promo. On apprend également à s’accrocher et on développe son sens de l’organisation, sa capacité à motiver sans énerver… et bien sûr à gérer son stress. 

G.L. : On apprend aussi à faire confiance aux autres, et à ce que les autres te fassent confiance. On apprend se responsabiliser, à savoir se positionner au bon endroit au bon moment, sur les bons sujets. 

M.M. : Moi, plus tard, j’ai envie de garder cette dimension artistique dans mon métier, et pourquoi pas de remonter sur scène… L‘année prochaine, en parallèle de mes études, j’irai au Cours Florent, et même si c’est du théâtre et pas de la danse, je n’ai pas envie de laisser tomber cette partie de moi, car c’est ce qui me fait vivre. Donc oui, plus tard, j’aimerais beaucoup pouvoir travailler sur des projets artistiques, dans la musique ou le théâtre, dans le cadre de festivals par exemple…  

Un dernier mot en guise de conclusion ?  

E.K. : Je suis hyper fière qu’on soit arrivé, toutes et tous ensemble, jusqu’à cet événement, et qu’on ait pu danser une dernière fois ensemble sur scène. Quand on voit comment l’association a progressé en seulement 2 ans, quand on voit tous ces talents qui nous ont rejoint, ils méritent vraiment de vivre ces moments ! Et j’espère vraiment que les futurs étudiants vont continuer de faire vivre cette association… Car mon rêve, c’est que quand ce sera à mon tour d’aller à ma cérémonie de remise des diplômes, IÉSEG Danse soit de nouveau sur scène et m’accompagne sur le catwalk ! Je ne pourrais pas imaginer un meilleur moment !  

M.M. : Je suis vraiment très heureuse d’avoir fait ma dernière représentation avec l’équipe sur la scène du Zénith de Lille, c’est beaucoup d’émotions et beaucoup de tristesse… Je quitte une super équipe, qui m’a construit et qui m’a aidé à grandir. On a changé ensemble, on a grandi ensemble, on s’est adapté à tout le monde… Alors moi, j’aimerais simplement dire aux futurs étudiants, et même les actuels, qui sont passionnés par la danse, ou juste curieux, de ne vraiment pas hésiter à rejoindre l’association !  

G.L. : L’IÉSEG, et surtout IÉSEG Danse, m’a tellement apporté ! Je ne serai pas la personne que je suis aujourd’hui si je n’avais pas intégré IÉSEG Danse, tellement l’association m’a apporté en termes de plaisir, de développement. J’ai rencontré énormément de personnes formidables et passionnées, et j’ai pu vivre cette aventure à fond. Il y a tellement de talents qui méritent d’être découverts à l’IÉSEG, et qui n’osent pas se mettre en avant… Je suis très fier d’avoir pu participer et aider certains à se montrer à l’occasion de toutes ces compétitions, ces représentations, ces comédies musicales, avant de terminer en apothéose avec ce Zénith…  

* Romane AUBERT, Marine DUBOIS TAINE, Eloane KEREBEL, Gaston LECOUTRE, Mélissa MEUNIER, Rosalie RAIMBAUD, Coline RIGAUD 

Pastille 60 ans de l'IÉSEG